Voyages

Mon ouverture sur le monde des autres

Je fais quoi moi maintenant ?

Voilà, le constat est là. Un peu plus d’un mois que je ne travaille plus.

J’ai entre temps changé de lieu de résidence, déménagé, changé de continent, changé de vie sociale, gardé les repères qui me sont vitaux. Mais je ne travaille plus.
Je travaillais jusqu’à 10h par jour auparavant donc environ 50h par semaine depuis plus de 6 ans. Je viens de gagner 50h de temps libre par semaine, et autant vous dire que cela fait flipper !!

Dans un premier temps j’ai eu envie de :
– faire du shopping : j’avais le temps de le faire, et les magasins étaient ouverts en même temps que j’étais disponible. Avouez que c’est plutôt pratique ! Cela ne m’était pas arrivé depuis plus 3 ans, je ne faisais que des achats sur internet de préférence le vendredi ou le dimanche soir entre minuit et 2h du matin.
– dormir : pendant des siestes entières, puis des nuits, puis une sieste et encore et encore. Cette période n’est pas encore tout à fait révolue.
– ne plus porter que des leggings, des tenues de yoga et des tee-shirts/débardeurs en coton. A la limite un jean. Finies chemises, chaussures de ville fermées, seules sont tolérées Converse et baskets.
– devenir végétarienne : consommant moins de calories avec mon cerveau, j’ai eu envie de dés-intox et uniquement de légumes, féculents, eau et thé. Ça commence à passer doucement.

Puis petite déprime quand même car la dernière fois que je n’avais pas travaillé aussi longtemps c’était l’année de mon bac… Et là un peu bad-trip quand même. Du coup j’ai regardé les annonces d’emploi ici, à Montréal dans mon domaine. Bingo. Y’en avait, des très beaux postes, du « permanent » comme ils disent ici. Comprenez que c’est un équivalent CDI, et que c’est du long terme. Les recruteurs d’ici ont même commencé à me chasser en mode ‘vous avez un visa c’est parfait’. Mais là non plus ils ne me demandaient pas si ce qu’ils me proposaient me convenait. J’étais experte dans mon domaine, donc un poste à responsabilité dans ce domaine, cela devait me convenir.

Ici c’est assez simple, il y a peu de Web Analytics, c’est encore un domaine des agences qui est soit vendu en surplus donc presque vu comme une charge (un peu comme un argument de vente quand on vous a vendu une prestation SEO et que vous trouvez que c’est un peu cher, bah on vous ajoute gratuitement des dashboard Google Analytics).
Soit au contraire, c’est lié à l’intelligence d’affaires (aka B.I.) et donc on vous demandera non pas d’implémenter des outils de web analytics mais d’extraire leurs données et de la coupler avec celles du CRM, et de pleins de sources externes pour en sortir des optimisations possibles. Là ils ont compris une chose qu’en France nous n’avons pas compris : le web n’est qu’une source de données. Le seul hic c’est que la complexité d’implémentation des outils de web analytics est ici totalement omise.

Et puis j’ai réagi d’une chose (merci Binnie) : notre métier, mon expérience, ma plus-value, ne peut plus s’exercer sur du court terme. Mes derniers postes consistaient à monter une équipe, construire un poste, et des dynamiques qui mettent à minima 6 mois à se mettre en place.  Nous travaillons dans un domaine qui veut implémenter des solutions de tracking sur des sites internet et en mesurer les retours sur investissements, préconiser des améliorations, les mettre en place, les challenger, tester… Et avoir des résultats, prendre le temps de les analyser, de les expliquer, de les présenter, de faire adhérer à cette culture tout un ensemble de personnes…
Arriver devant un recruteur et lui dire : « c’est pour 3 mois » n’a aucun sens dans mon domaine et pour mon profil.

Et en parallèle je suis développeuse certes, mais non je n’ai pas 5 ans d’expérience en Java, ou JavaScript ou PHP (sérieux y’en a qui arrive à rester sur la même techno durant aussi longtemps ?). Et non je n’ai plus la gniak d’un jeune qui vient de sortir d’école c’est certain. J’ai pour moi mon expérience, ma quarantaine de clients, mon management, mon réseau, ma technique, ma double compétence Web et B.I. Mais voilà sur du court terme ça ne se valorise que difficilement.

Du coup le plan d’attaque est le suivant pour cet été :
– sur Coursera : reprendre le cours de Machine Learning que j’ai du stopper pour cause de déménagement, surbooking et autre, et voir ce que donne le cours Data Scientist’s Toolbox. Cela remettra mes compétences de datamining un peu à jour.
– QlikView : rejouer un peu avec et pourquoi pas étendre à Tableau Software.
– Ruby : apprendre le langage et Ruby On Rails avant la fin juillet.
– blog : reprendre mon blog en main et surtout son SEO.

Et puis surtout voir venir :)

Post a comment